Goran Bregovic | © Nebojsa Babic
Nebojsa Babic

Goran Bregovic

Balkan Star
Serbie

Compositeur contemporain, musicien traditionnel ou rock star, Goran Bregovic n’a pas eu à choisir – il lui a suffit de vivre et mêler toutes ces expériences pour inventer une musique à la fois universelle et très personnelle.

Rock Star en Yougoslavie pendant les années Tito, avec son groupe Bijelo Dugme (12 albums en 14 ans et des millions d’albums vendus), il décide en 1989 de dissoudre le groupe (le groupe a été reformé depuis à l’occasion du 40e anniversaire pour des concerts gigantesques dans le monde).

À la fin des années quatre-vingt, le cinéaste Emir Kusturica convainc Bregović de participer à la création de la  musique pour «Le temps des Gitans» qui permet à Goran d’affiner son sens de la dramaturgie musicale et de travailler autour de la musique gitane qui le fascine.

Suivra «Arizona dream», où Bregović invite le Parrain du punk rock, Iggy Pop sur quelques chansons de la BO dont le hit « In the Death Car ». En 1994, Patrice Chéreau fait appel à Goran pour la musique de «La Reine Margot» qui allume d' étincelles la destinée d'Isabelle Adjani, mais résonne également comme l'écho du siège en cours à Sarajevo.  

Alors que la guerre ravage leur pays, Bregović et Kusturica collaborent une dernière fois sur «Underground», le film qui obtient la Palme d'Or à Cannes en 1995.puis «Underground», le film qui obtient la Palme d’Or à Cannes en 1995.

Goran Bregović décide alors de reprendre la route et crée son Orchestre des Mariages et des Enterrements.  Avec cet ensemble, il marie les musiciens/cuivres Gitans avec des percussions orientales, mélange les polyphonies féminines bulgares avec un chœur d’hommes classique, mixe des sections de cordes avec des programmations électroniques. Vêtu de blanc, assis entre son ampli et son ordi, une guitare électrique en bandoulière, Bregović mène tous les soirs cet équipage bigarré à géométrie variable (de 9 à 19 musiciens, et même jusqu’à 60 parfois).

Depuis plus de vingt ans, Goran Bregović et son Orchestre des Mariages et des Enterrements ont parcouru tous les continents du monde connu sur une tournée sans fin.

Dans son dernier album « Three Letters from Sarajevo », il s’inspire de l’histoire de Sarajevo, sa ville, et de ses multiples croyances, ses identités, ses mélanges et ses paradoxes complexes.

Il utilise le violon comme instrument métaphorique qui fait coexister les styles klezmer, classique et oriental, sur trois pièces instrumentales pour des solistes originaires des Balkans, du Maghreb et d'Israël. Ces trois lettres évoquent et concilient également, sur le plan allégorique, les trois religions : chrétienne, juive et musulmane pour un message de paix et de réconciliation. 

Sur scène, avec son Orchestre des Mariages et des Enterrements, brass band et chanteuses bulgares, il offre un concert généreux, époustouflant d’énergie, de liberté à laquelle nul ne peut résister…

Comme il le dit lui même dans un cri sur scéne « Qui ne devient pas fou, n’est pas normal…!"

Vidéos

Ederlezi - Les Suds - Arles
Ederlezi - Les Suds - Arles
Bella Ciao - Paris Zénith 2013
Bella Ciao - Paris Zénith 2013
Trois Lettres de Sarajevo - Teaser 1
Trois Lettres de Sarajevo - Teaser 1
Trois Lettres de Sarajevo - Teaser 2
Trois Lettres de Sarajevo - Teaser 2

Photos

Prochains concerts

12 mars 2022

Chambéry (73) Les Nuits de la Roulotte

Goran Bregovic
13 mai 2022

Vélizy Villacoublay (78) L’Onde

Goran Bregovic

Booking

Sabine Châtel